Se mobiliser et contester en temps de pandémie

Retour sur le liens entre l'émergence de mouvements de contestation et la période de crise sanitaire actuelle.


Crédit photo : Marche des solidarités

La semaine dernière a été le théâtre de l’émergence de plusieurs mouvements sociaux : tous réclament plus d’égalité et de justice. Retour sur deux évènements qui sont intervenus dans l’espace public.

Justice Pour George Floyd

Crédit photo : Michael S.Williamson/Washington Post

La mort de George Floyd suscite une vague de colère dans des dizaines de grandes villes américaines. Ce décès symbolise les violences policières et le racisme systémique que subissent nombre de noirs américains.

L’arrestation de George Floyd a eu lieu le lundi 25 mai à Minneapolis. Interpellé parce qu’il était soupçonné d’avoir utilisé un faux billet, il fut plaqué à terre par un policier qui a maintenu son genou sur son cou pendant plusieurs minutes : huit exactement. George Floyd est mort. La vidéo de ces derniers instants suscite l’indignation et des manifestations anti-racistes ont été organisées aux États-Unis et à travers le monde.

Lors des rassemblements, de nombreuses pancartes que les manifestants brandissent symbolisent cette scène : Elles utilisent la phrase répétée onze fois par Georges Floyd avant de décéder : « I can’t breath ».

L’ombre du Coronavirus plane sur cette colère légitime : les Afro-Américains ont été deux fois et demi à trois fois plus nombreux à mourir du virus que les membres des communautés blanches, latines et asiatiques. Ils concentrent plus de facteurs à risques que les autres communautés : diabète, obésité et quartiers surpeuplés.

D’ailleurs, les centres de contrôle et de prévention des maladies ont publié le 8 avril 2020 des résultats nationaux qui confirment cette tendance : les Afro-Américains représentent 33% des hospitalisations en lien avec la pandémie alors qu’ils ne comptent que pour 13% dans la population des États-Unis.

Au temps du Coronavirus les inégalités raciales et sociales sont plus visibles que jamais. Parce que la population noire américaine est plus susceptible que d’autres communautés à vivre dans des déserts médicaux. Ils exercent aussi des professions à risque et ils sont nombreux à ne pas avoir les moyens de se soigner.

En France, un autre type de mouvement a émergé. Il réclame de meilleures conditions pour les sans-papiers, durement touchés par la crise sanitaire.

Manifestation pour les sans-papiers à Paris

 

Crédit photo : Marche des solidarités 

Le collectif de la marche des Solidarités appelait à manifester pour la défense des droits des sans-papiers le samedi 30 mai à Paris. Un appel qui a été relayé par Mediapart et signé par 210 collectifs : syndicats, Gilets jaunes, associations féministes.

Les organisations réclamaient des « mesures immédiates » face au danger que représente la crise sanitaire pour les personnes sans-papiers.  « Les sans-papiers qui sont ceux qui souffrent le plus de cette crise sanitaire car ils vivent dans des foyers surpeuplés, dans lesquels la distance sociale, l’hygiène ne sont pas compatibles avec les règles sanitaires pour lutter contre le coronavirus » a expliqué à l’AFP Benoit Clément de Solidaires Paris.

Dans la tribune publiée sur Médiapart, la marche des Solidarités informe que la crise sanitaire est en train de devenir « une véritable bombe sanitaire ». Le collectif souhaite la mise en place de plusieurs mesures : tests systématiques dans les foyers, distribution massive de masques, régularisation de toutes et tous les sans-papiers et fermeture des centres de rétention administrative (CRA).

Malgré l’interdiction de la préfecture de police de Paris, des milliers de personnes ont réussi à manifester avec détermination. L’urgence sanitaire et sociale fait sortir les sans-papiers et leurs sympathisants dans la rue. Ils demandent justice et égalité.

« Le monde d’après, c’est maintenant et il passe par la régularisation de tou.te.s les Sans-Papiers ». La marche des Solidarités communiquera mardi les prochaines propositions de mobilisation.

La crise sanitaire a accentué et exacerbe les inégalités sociales de façon foudroyante. Elle donne naissance à de nombreuses revendications qui prônent plus de justice sociale et plus d’égalité. L’ère post-Covid 19 pourra-t-elle faire advenir un profond changement social ?

Une production journalistique réalisée par :

  • Olivier Esteve

    Je suis Français et âgé de 24 ans. Je dispose d’un baccalauréat et d’une maîtrise en Anthropologie. Grâce à cette formation, je peux m’appuyer sur des méthodes d’enquêtes qualitatives et j’aime mettre en perspective les enjeux culturels et politiques des sociétés contemporaines. Je m’intéresse aussi à l’art du documentaire et j’espère pouvoir progresser dans la façon de concevoir un reportage journalistique.


Intéressant, non ? Partagez la publication avec vos proches.

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.