Le monopole médiatique de la COVID-19

La pandémie a marqué un grand changement au niveau de la couverture médiatique des événements. Les derniers mois nous avons pu constater que la situation du coronavirus a été presque exclusivement au centre des reportages journalistiques.


 

La pandémie a marqué un grand changement au niveau de la couverture médiatique des événements. Les derniers mois, nous avons pu constater que la situation du coronavirus a été presque exclusivement au centre des reportages journalistiques. Malgré quelques exceptions comme les manifestations aux États-Unis, la couverture du virus a détenu un monopole dans les sujets des débats. Ce monopole est aussi connu sous le nom d’ « éclipse médiatique ».

Mireille Lalancette, professeure titulaire en communication politique et sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières et chercheur au « Groupe de Recherche en communication politique », nous explique dans un entretien l’importance d’une éclipse médiatique et son impact social. Nous parlons d’une éclipse médiatique « quand un événement, qu’il soit une bonne (nouvelle), une mauvaise nouvelle ou une tragédie, génère plus de 20% de la couverture médiatique pendant un certain moment ».

Le phénomène d’éclipse médiatique n’est pas nouveau. Chaque fois quand il y a un événement d’importance nationale ou internationale (comme une crise, un attentat, la mort d’une grande personnalité, etc.), les autres sujets sont marginalisés par les journalistes. Ainsi, ce phénomène peut présenter des côtés positifs pour les citoyens, mais aussi des côtés négatifs.

Un aspect positif pourrait être la grande variété des angles qu’un sujet central offre au public. Cette variété tient les gens très bien informés et ils peuvent s’adapter aux changements inattendus. Pourtant, elle pourrait représenter aussi un aspect négatif. Au bout d’un moment, le public risque de se sentir « étouffé » par le flot constant d’informations, ce qui peut entraîner des troubles anxieux allant jusqu’à la dépression.

Même si les journalistes ne peuvent pas être empêchés de couvrir des sujets prioritaires ou d’intérêt général, le public pourrait préserver sa santé en faisant lui-même du « fact-checking » ou s’assurer qu’il reçoit toutes les nouvelles par une source d’information fiable et reconnue.

 

Une production journalistique réalisée par :

  • Cristian Mironescu

    Passionné par des sujets comme la géopolitique, la diplomatie, l'immigration, le multiculturalisme et les arts. Originaire de Bucarest, Roumanie. Baccalauréat en Langue, Littératures et Civilisations étrangères (LLCE) spécialisation en anglais et Master en Géopolitique à l'Université Paris 8. Arrivé au Canada en 2019, j'envisage de faire une carrière dans le domaine du journalisme. Mon idéal serait de faire du journalisme international et de rendre publiques les injustices du monde.


Intéressant, non ? Partagez la publication avec vos proches.

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.