CHSLD: Ils ont besoin de vous


« Sauvez des vies, restez chez vous. » est la nouvelle phrase vedette de ce confinement obligatoire. Cependant, elle ne prend pas en compte les ainé.es, retenu.es dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) partout au Québec.

Et s’il était possible pour les personnes en bonne santé de sortir de chez elles et d’aller sauver des vies, justement? C’est ce que demande François Legault, premier ministre, lorsqu’il appelle les québécois à se porter volontaire pour aider « nos ainé.es » dans les CHSLD.

Appel à la solidarité

Les employés déjà présents dans les CHSLD sont épuisés et demandent du renfort. Ce n’est plus seulement François Legault qui appelle à la mobilisation, mais aussi les préposés aux soins. Selon un article paru sur TVA Nouvelles « [les] employés de CHSLD tombent les uns après les autres à Montréal-Nord. » Dans la Résidence Angelica, l’on compte 134 résidents contaminés et les employés ne sont pas épargnés. Ce CHSLD compte 80 cas de contamination au sein du personnel. L’on comprend mieux pourquoi ces employés font appel à la solidarité du peuple québécois pour leurs venir en aide.

Lors de ses conférences de presse, François Legault fait appel aux québécois pour se porter volontaire en tant que préposé aux soins dans les CHSLD. « Même si on a fait beaucoup de progrès [dans les CHSLD], on a du personnel qui est fatigué et on a encore besoin de monde. » a constaté le premier Ministre. Le Québec a d’ailleurs mis en place un site Internet, jecontribuecovid19,où les personnes peuvent s’inscrire pour du bénévolat.

Formation express

Certains volontaires n’ont cependant aucune formation en soins de la personne. Pour qu’ils puissent entrer en poste rapidement, certains CHSLD offrent des formations express. C’est le cas d’un CHSLD privé à Laval. Les bénévoles doivent suivre une formation de huit heures afin d’être au point. Propriétaire de la Villa Val des Arbres, Pierre Bélanger explique son initiative à La Presse+. « On veut outiller les bénévoles sur comment se protéger, comment manipuler des ainés en perte d’autonomie et comment subvenir à leurs besoins de base. »

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux ainsi que la Croix-Rouge canadienne se portent aussi garants pour former des bénévoles. « Ces formations seront effectuées par des professionnels de la Croix-Rouge et du CIUSSS » affirme TVA Nouvelles.

Aux premières loges

Anouk Poulin et Amina Khilaji se sont toutes deux portées volontaires pour aider dans les CHSLD. Les témoignages qu’elles ont partagés sont tout aussi glaçants qu’émouvants. Anouk raconte au Journal de Montréal que « des gens restent dans des culottes d’incontinence trop longtemps, [qu’ils] ont des irritations sur les parties génitales, [que] des gens ont soif. » Elle explique que de plus en plus d’employés sont infectés par la COVID-19. « Ça ressemblait à un champ de bataille : des endroits insalubres, des personnes qui appelaient à l’aide, ce n’était pas structuré, on courait partout. » Selon elle, les bénévoles ont un rôle majeur en ces temps de crise. Elle les qualifie même de « préposés au bonheur. »

Amina quant à elle dénonce un cruel manque de personnel, notamment de préposés aux bénéficiaires (PAB). Elle explique dans son post Facebook qu’elle devait « être un soutien aux PAB, [mais qu’il] n’y a pas de PAB avec [elle] une nuit sur deux. » Fatiguée, émue et en colère, elle se demande comment il est possible physiquement et mentalement de tenir dans de telles conditions. « Physiquement, expliquez-moi comment c’est possible de changer [les culottes] de ces gens toutes seules? Sans les blesser? Sans risquer leur vie pour ceux en fin de vie atteints de la COVID-19, en train de s’étouffer la bouche pleine de sécrétions? » peut-on lire sur sa page Facebook.

C’est avec de tels témoignages que nous pouvons nous rendre compte de la situation réelle dans laquelle les personnes en CHSLD se trouvent. Il est urgent que la situation dans ces centres change. Durant son point presse du 5 mai, François Legault lance un nouvel appel au public. « Le nombre d’absents dans le réseau de la santé grimpe à plus de 11 000. Ils sont malades, à risque ou craignent le virus. » Certainement que grâce à vous, des vies seront sauvées.

 

 

Une production journalistique réalisée par :

  • Lisa Pradines

    Titulaire d’un baccalauréat en études anglaises et en sciences de la communication à l’Université de Montréal, je me suis tournée vers le journalisme car j’ai également un grand intérêt pour l’actualité internationale, l’enquête et la rédaction. Mes intérêts se portent sur le journalisme international, l’enquête journalistique, la sociopolitique et les conflits/enjeux qui en découlent. Je suis curieuse et dynamique, prête à relever ce nouveau défi de couverture (toujours à distance) de la COVID-19!


Intéressant, non ? Partagez la publication avec vos proches.

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.