Black Lives Matter : Kingston en deuil manifeste contre le racisme malgré la crise


Crédit photo: Anne-Marie Trickey

KINGSTON, ON. L’émotion est palpable. Au parc McBurney à Kingston, il y a des gens partout. Certains se parlent, d’autres sont silencieux. On peut voir la douleur dans leurs yeux. Familles, amis, individus. Pour cette ville ontarienne de taille moyenne, le nombre de personnes présentes peut surprendre, surtout dans le contexte de pandémie actuel.

C’est l’organisation locale Black Luck Collective qui a organisé cette vigie pacifique pour soutenir le mouvement de « Black Lives Matter », le 2 juin 2020 à Kingston, en Ontario. Elle se voulait un moment de réflexion, de deuil et de soutien.

Plusieurs étaient très émotifs pendant la manifestation pacifique pour le mouvement Black Lives Matter à Kingston en Ontario.  Crédit photo: Anne-Marie Trickey

« C’est un peu bouleversant, voir autant de gens réunis ici pour la même cause. Surtout dans une ville comme Kingston, » rapporte Blaire Hinton, qui était présente au rassemblement.

Kristen Johnson est également secouée : « C’est beaucoup d’émotions, être ici avec autant de personnes. »

Crédit photo: Anne-Marie Trickey

Cette solidarité à Kingston s’inscrit dans un contexte de manifestations importantes à travers les États-Unis et le monde à la suite de la mort de George Floyd à Minneapolis. George Floyd, c’est cet homme noir qui a été tué par un policier blanc qui lui a mis le genou à la gorge pendant plusieurs minutes, sans relâche. Le policier est maintenant accusé de meurtre non prémédité (au deuxième degré), et les trois autres policiers présents, de complicité.

À Kingston, le discours du Black Luck Collective était centré sur ceux et celles qui sont morts en Ontario suite à une intervention policière : « Nous sommes ici pour prendre notre place et vivre notre deuil, » s’exclamait une des responsables.

Tout au long du rassemblement, la colère, l’impuissance, la douleur se font ressentir.

Une manifestante mène la foule dans un cri de Black Lives Matter à Kingston, ON. Crédit vidéo : Anne-Marie Trickey

Un contexte particulier

Le grand nombre de personnes présentes au parc McBurney témoigne de l’importance de cette manifestation pour plusieurs. Les gens ont décidé de se déplacer, malgré les directives du gouvernement ontarien qui interdisent les rassemblements de plus de cinq personnes depuis le 28 mars.

Les organisateurs ont fait appel à la prudence des gens avant l’événement et ont demandé à chacun de porter le masque et de garder leurs distances. Il y avait également des marqueurs au sol pour aider les gens à se tenir à deux mètres : toutefois, ceux-ci n’étaient pas du tout respectés.

Malgré les marqueurs sur le sol, les gens avaient de la difficulté à respecter les consignes de distanciation physique. Crédit photo : Anne-Marie Trickey

Pour certaines personnes, c’était la première fois qu’elles assistaient à un rassemblement depuis le début du confinement. À ce jour, Kingston compte 63 cas de la Covid-19, 62 d’entre eux étant guéris.

Pour sa part, Blaire considère l’importance du temps pour ceux et celles présents à la manifestation.

« En temps de pandémie, c’est possible que les gens aient plus de temps pour penser aux enjeux de société, comme ceux qui ressortent en ce moment. Le temps peut aussi permettre à plus de personnes de manifester, » dit-elle.

Les personnes présentes à la vigie pacifique de Kingston ont choisi de participer malgré la pandémie, le confinement, les mesures du gouvernement — et même la peur de contamination.

Crédit vidéo : Anne-Marie Trickey

Une production journalistique réalisée par :

  • Anne-Marie Trickey

    Finissante au D.E.S.S. en journalisme de l’Université de Montréal et bachelière en science politique de l’Université McGill. Originaire de l’Ontario, je m’intéresse aux sujets qui entourent la politique, la société et la philosophie. Dans la vie comme en journalisme, je crois surtout à la grande importance de toujours me demander « pourquoi ».


Intéressant, non ? Partagez la publication avec vos proches.

Un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.